CHIRURGIE DIGESTIVE ROUEN
DOCTEUR MAILLOCHAUD - CLINIQUE DE L'EUROPE
LA HERNIE DE L'AINE
LES ÉVENTRATIONS
LA HERNIE OMBILICALE
LES ÉVENTRATIONS



 

QU'EST CE QU'UNE EVENTRATION ?
 

Une éventration correspond à l'issue de viscères intra abdominaux par un orifice de la paroi abdominale, orifice qui correspond au lâchage d'une suture musculaire réalisée lors d'une précédente intervention chirurgicale


 
 

 

 

 

Le plus souvent situé sur la ligne médiane, cet orifice peut livrer passage à l'épiploon (sorte de tablier graisseux recouvrant le tube digestif), l'intestin grêle ou le côlon.

Une éventration peut survenir longtemps après une intervention. Au début elle est souvent petite, mais dès ce stade, elle est susceptible de se compliquer d'étranglement. 

Une fois présente, elle a tendance à s'aggraver sous l'effet de la pression abdominale. Plus sa taille sera importante, plus son traitement sera compliqué.

L'éventration se présente comme une tuméfaction en regard d'une cicatrice. Cette tuméfaction disparaît en position couchée et augmente de volume à l'effort et à la toux.

QUELS SONT LES RISQUES D'UNE EVENTRATION ?

Le principal symptôme est la douleur, liée à la souffrance des organes digestifs au sein de l'éventration.

Lorsqu'elle est volumineuse, elle peut être reponsable de troubles digestifs (gène après les repas, météorisme abdominal, constipation) ou de troubles respiratoires puisque les muscles abdominaux ne jouent plus leur rôle dans la respiration.

L'étranglement représente la principale complication. La tuméfaction devient alors très douloureuse et n'est plus réductible.  Lorsqu'il s'agit d'un étranglement du grêle ou du côlon, les signes cliniques sont ceux d'une occlusion avec des vomissements et une arrêt du transit intestinal, nécessitant une intervention en urgence.

 

QUEL EN EST LE TRAITEMENT ?

Le traitement des éventrations est uniquement chirurgical. Les ceintures de contention abdominale ne représentent pas un traitement  mais peuvent soulager le patient dans l'attente d'une chirurgie.

L'intervention peut être réalisée selon deux méthodes :

 - la voie ouverte où l'on reprend l'incision préexistante. En fonction du volume de l'éventration, il est parfois nécessaire de compléter la suture musculaire par une prothèse, sorte de treillis synthétique posé au contact des muscles.

 - la voie coelioscopique où l'intervention est réalisée par 3 petites incisions. Dans cette technique, la pose d'une prothèse est obligatoire.
 

CHIRURGIE PAR VOIE OUVERTE :

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale. L'incision préexistante est reprise. 

Lorsque l'éventration est de petite taille, la réparation peut être effectuée par une simple suture des muscles. Le sac d'éventartion est réséqué et les muscle sont suturés avec du fil non résorbable.

Lorsque l'éventration est volumineuse, les risques de récidive après une simple suture des muscles sont très importants. Afin de réduire ce risque, la réparation doit être effectuée avec une prothèse, sorte de treillis synthétique que l'on fixe aux muscles.

 

 


 

 

Afin de pouvoir effectuer la suture des muscles sans tension, on réalise un décollement de la graisse sous cutanée. Cet espace de décollement sera parfois drainé par un ou deux petits drains, de la taille d'une mine de crayon, qui sortiront de la peau de part et d'autre de l'incision. Ils seront retirés au bout de 2 à 3 jours.

 

TRAITEMENT PAR COELIOSCOPIE

Principe de la cœlioscopie :

A l’état normal, le contenu de l’abdomen est en contact étroit avec la paroi musculaire. Pour obtenir un espace, qui permet d’introduire la caméra vidéo, il convient donc de réaliser une sorte de « bulle » de travail en gonflant l’abdomen. Pour ce faire, l’intervention commence par l’injection de gaz carbonique dans l’abdomen par l’intermédiaire d’un trocart introduit dans le nombril sous contrôle de la vue. Lorsque l'espace de travail a été créé, le chirurgien introduit d’autres trocarts et c’est par l’intermédiaire de ces trocarts que sont introduits la caméra vidéo et les instruments chirurgicaux. Ces trocarts sont mis en place par des petites incisions cutanées réalisées sur la paroi abdominale. Par la suite, l’intervention se déroule « à ventre fermé », votre chirurgien manipulant les instruments à l’extérieur de votre abdomen, mais suivant les différentes manipulations à l’intérieur du ventre sur un écran de télévision.







 

 

 

 

 

 

 






 



 





Pour la cure d'éventration, trois trocarts sont mis en place dans le flanc gauche. La caméra est introduite par le trocart médian et les instruments dans les deux autres trocarts.

















 

 




Les organes incarcérés dans le sac d'éventration sont réintroduits dans l'abdomen. 

 

 



 

 

 

 









Dans cette technique, l'orifice n'est pas refermé mais obturer par une prothèse. La taille de la prothèse varie en fonction de la taille de l'orifice d'éventration : la prothèse doit dépasser d'au moins 3 à 4cm les berges de l'orifice d'éventration. Elle est fixée à l'aide d'agrafes résorbables.

 

 

 

 




 
 

 

 
 
 

 L'intérêt le coelioscopie n'est pas ici esthétique puisque la cicatrice existe déjà. En revenche, cette technique permet de réduire les douleurs postopératoires, de réduire la durée d'hospitalisation et permet de reprendre plus rapidement ses activités. En outre, l'abord coelioscopique permet de réduire le risque d'infection de prothèse.

 

 

 

 

 

 



CHOIX DE LA TECHNIQUE :

Lorsque l'orifice d'éventration mesure moins de 5-6cm, l'intervention sera réalisée par coelioscopie.

Au delà de cette taille, c'est la voie ouverte qui sera prévilégiée. En effet, en cas de cure par coelioscopie, l'orifice musculaire n'est pas refermé. Lorsque l'orifice est volumineux, les muscles sont rétractés latéralement. Il est alors préférable de restituer une ceinture abdominale en suturant les muscles afin qu'ils puissent exercer leur fonction dans la respiration.

 

LES COMPLICATIONS :

Elles sont rares entre des mains entraînées. Lorsque l'intervention est effectuée par coelioscopie, il peut se produire une plaie d'un organe (intestin, vaisseaux sanguins, vessie) pouvant necéssiter une ouverture pour la réparation. Le risque d'infection de prothèse est très faible.

Lorsque que l'intervention est réalisée par cœlioscopie, il apparaît souvent des douleurs au niveau des épaules secondaires à la résorption du gaz utilisé lors de l'intervention. Ces douleurs disparaissent en 24 à 48 heures.

Dans la semaine suivant l'intervention, il peut apparaître une boule en regard de l'ancienne éventration. Il ne s'agit pas d'une récidive mais du comblement de l'ancienne cavité par du sérum. Cette collection (sérome) disparaîtra spontanément en quelques semaines. Le port d'une ceinture de contention après l'intervention permet d'en réduire le volume et d'en accélerer la régression. 

Le risque de récidive des éventrations opérées avec l'aide d'une prothèse est très faible.

 

L'HOSPITALISATION :  

La veille de l'intervention :

Vous serez hospitalisé dans l'après midi. Vous devrez prendre une douche à la Bétadine moussante (nettoyage du corps et des cheveux).

Votre chirurgien et l'anesthésiste qui vous endormira le lendemaine passeront dans votre chambre dans afin de répondre à vos dernières questions et vous expliquer à nouveau les modalités de votre intervention. Un diner vous sera servi dans la soirée.


Le jour de l'intervention :

Vous serez opéré dans la matinée. Vous devrez pendre une nouvelle douche à la Bétadine deux heures avant l'intervention puis revêtir une blouse et mettre vos chaussettes ou vos bas de contention.

Si une ceinture de contention vous a été préscrite, vous devrez la prendre avec vous pour que l'on puisse la poser dès la fin de l'intervention. Un brancardier vous conduira au bloc opératoire, dans votre lit. Vous serez acceuilli par l'équipe chirurgicale et amené dans la salle d'opération. Une perfusion sera posée et l'anesthésie effectuée. 

Après l'intervention, vous vous réveillerez en salle de réveil ou vous sejournerez environ 2 heures. Vous rejoindrez ensuite votre chambre. Un dîner léger vous sera servi dans la soirée.

 
Après l'intervention :

Après une coelioscopie, il apparâit souvent des douleurs au niveau des épaules liées à la résorption du gaz utilisé lors de l'intervention. Vous receverez quotidiennement la visite de votre chirurgien. Il s'assurera de l'absence de complications immédiates. Votre retour à domicile aura lieu au deuxième ou troisième jour postopératoire si l'intervention a été effectuée par coeliosopie. 

En revanche, si l'intervention est effectuée par voie ouverte, votre séjour sera légèrement plus long et vous rejoindrez votre domicile entre le quatrième et le huitième jour postopératoire. 

Votre chirurgien vous remettra les ordonnances de sortie (médicament antalgique, soins infirmiers) ainsi qu'une fiche de conseil.

 

A VOTRE RETOUR A DOMICILE :

Vous pourrez reprendre une alimentation normale dès votre retour à domicile. Les cicatrices seront surveillées par une infirmière à domicile. Vous pourrez reprendre progressivement vos activités habituelles. Si une prothèse a été mise en place, vous pourrez reprendre porgessivement le ports de charge : 5Kg à partir de la 3ème semaine et 10 Kg à partir de la 4ème semaine. En revanche, en cas de réparation sans prothèse, aucune charge ne dvra être portée avant la 8ème semaine.

Un arrêt de travail de 15 jours à 6 semaines vous sera délivré en fonction de la pénibilité de votre profession.

Un mois après l'intervention, vous serez revu par votre chirurgien pour un contrôle clinique.